Skip to Content

Notes d’un voyageur – Maria Guevara

 

le 17 juillet 2019

(article a été traduit de l’original en anglais)

À la suite de mon voyage au Parc National de Fundy en été 2017, j’ai été très impressionné par les bouleaux. Depuis ce temps, j’utilise de l’argile de porcelaine, de la teinture et des vernis pour capturer et représenter ces organismes magnifiques. Les formes en porcelaine et les couleurs de mes pièces représentent la texture et la rugosité des troncs d’arbres recouverts d’écorce. Mon installation « Notes d’un voyageur », est une abstraction des bouleaux et vise à dépeindre la majesté des arbres et la forêt de la baie de Fundy. Mon inspiration vient toujours de ce que je vois et comment ça me fait sentir. En outre, j’aime penser aux spectateurs et comment je peux communiquer avec eux à travers ma sculpture et la poterie.

Cylindres avec texture

La conception de mon projet « Notes d’un voyageur » comprend la création de pièces cylindriques de grand format (16 pouces de long). Tout d’abord j’ai utilisé la table de compression pour produire de grandes dalles d’argile en porcelaine, puis le processus principal de sculpture consistait à plier et à fusionner les dalles ensembles pour produire les formes cylindriques des arbres. Je crois que l’utilisation de la porcelaine donne à mon travail l’impact que j’ai voulu transmettre, la splendeur de la forêt à la fin de l’été.

Avec le soutient d’artsnb grâce à la subvention en infrastructure artistique pour les nouveaux artistes et artistes émergents, j’ai pu acquérir un rouleau de dalle indispensable pour créer les sculptures de mon installation. Le processus créatif impliquait l’expérimentation avec la porcelaine et les réglages de rouleau pour identifier l’épaisseur de la dalle suffisante pour sculpter les pièces de grand format, dont j’avais besoin. J’ai aussi exploré avec de plus petites dalles pour créer à petite échelle, des cylindres, des formes ondulées et de la texture. Pour élaborer les marques de bois, les textures d’écorce et les vagues d’eau, j’ai expérimenté avec différents oxydes de fer et de la teinture (Mason). Ensuite, j’identifie les conditions et les éléments pour produire les sculptures et fait cuire les pièces à 1200 degrés Celsius pendant 9 heures. Après la cuisson, les pièces cylindriques sélectionnées lorsqu’elles sont fixées à leur piédestal a été fait avec des dalles de porcelaine avec le même processus que les cylindres. Enfin, un élément clé de mon installation a été la création des feuilles de la forêt. J’ai créé des centaines de feuilles sèches à l’aide de petits morceaux de porcelaine plat, peints avec des encres et recouvert de vernis pour imiter les belles couleurs de feuilles, de l’herbe et de la mousse.

Peinturer et ajouter de la texture

J’ai eu quelques difficultés lors du processus d’élaboration des sculptures, mais je suppose qu’être une artiste d’argile a fait de moi une potière résiliente. En raison de la petite taille de mon four, j’ai dû réajuster la taille des cylindres. Il était difficile de mettre ne place l’installation à la galerie. Ces deux moments étaient importants pour comprendre mes limites et mes limites en tant qu’artistes. Un autre défi que j’ai dû relever était la combinaison et l’optimisation de mon temps de potière de production et les processus créatifs de mes sculptures. Enfin, j’ai préparé mon installation et ma poterie simultanément.

Pièce terminée

Lorsque je faisais le travail répétitif de produire des tasses, des bols et des ustensiles de cuisine, mais aussi sentir l’argile dans mes mains, ou l’application de vernis, j’ai eu le temps d’imaginer des idées et de penser aux couleurs de textures et les formes que je voulais pour la sculpture. L’élaboration des sculptures m’a donné de nouvelles compétences pour contrôler les matériaux et comment ils se comportent, maintenant je me sens plus confiante d’expérimenter sur le travail sculptural dans divers domaines. J’apprends encore à rendre mon travail sculptural plus accessible et facile à communiquer.

J’ai eu une très belle expérience en ayant mon travail à la galerie Art4002 à Saint Andrews au Nouveau-Brunswick. Parmi tous les commentaires que j’ai reçu des visiteurs au sujet de « Notes d’un voyageur », celui que je garde le plus près de moi est venu de certains enfants qui ne pouvait pas croire que les arbres ont été fabriqués à partir d’argile (ils ont été autorisés à le toucher et le sentir dans leurs mains). Ils ont dit qu’il semblait que la forêt avait été déplacé dans la chambre ! Quand j’ai entendu cela de ces invités spéciaux, je me suis senti profondément heureuse parce que ma création est devenue une note d’un voyageur.

Je suis très heureuse de vivre et de devenir une artiste d’argile dans ce beau coin du Canada, avec son paysage majestueux et la météo formidable. Au Nouveau-Brunswick, j’ai trouvé ma nouvelle maison et j’ai appris tout ce que je sais sur l’inspiration et la créativité. Finalement, ma nouvelle profession et le soutien de ma communauté m’ont donné l’occasion d’atteindre des tables de cuisine, des salons et des galeries d’art partout autour de notre belle région des Maritimes. Je vous en suis reconnaissante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Détails du processus

Déclaration de l’artiste : Notes d’un voyageur

Ma motivation principale pour l’installation « Notes d’un voyageur » a été incubée lors de ma participation au projet, Beneath the Surface, qui a été coordonné par Craft Nouveau-Brunswick. Cette résidence m’a permis d’explorer la forêt du parc national de la Baie de Fundy pendant plusieurs jours. Les textures et les formes infinies des arbres, les couleurs de leur écorce et la mer en mouvement m’ont étonné. Inspiré par la splendeur de la forêt de la baie de Fundy en été, j’ai alors assemblé une œuvre sculpturale à l’aide de dalles d’argile, exprimant la beauté de l’écorce des arbres. Maintenant, je présente la deuxième partie du projet, dans ce cas, je veux projeter la splendeur des grands arbres face au vent, les textures du sol qui les entoure et le magnifique paysage du Nouveau-Brunswick.

Cette sculpture a été réalisé grâce à artsnb. J’ai reçu la subvention du programme d’infrastructure artistique pour artiste nouveaux et émergents.

 

 

Visionnez cette vidéo de Maria à son studio maison, travaillant sur son oeuvre, Notes d’un voyageur. La vidéo peut aussi être vue sur la Page Facebook Art4002.

Maria est née à Mexico City. Elle est titulaire d’un baccalauréat es arts en Conservation et restauration du patrimoine culturel. Plus tard, elle a complété une maîtrise en archéologie à Mexico à l’Université nationale autonome du Mexique. À l’été 2013, Maria a obtenu son diplôme d’artiste en céramique, diplôme d’études avancées, du New Brunswick College of Craft and Design à Fredericton au Nouveau-Brunswick. Ces dernières années, Maria s’est profondément intéressé aux techniques de céramique décorées. Elle aime élaborer des formes en céramique à l’aide de la roue de lancement et le travail de dalle qui donne des surfaces étendues qui permet de peinturer et de sculpter. Maria combine la décoration avec des vernis, entres autres. En tant qu’artiste, elle apprécie surtout deux aspects du processus créatif : la planification et l’exécution en argile. Maria peut passer des heures à penser à de nouvelles formes et décorer des pots pour transmettre des différentes idées au public.

Maria a un petit studio à New Maryland ou elle a consacré ces derniers temps, à la création de céramique Sgraffito. Heureusement, son travail est également en vente dans les magasins d’artisanat fine au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse. Vous pouvez la trouver sur Facebook et Instagram à @marupottery.

 

Le blogue d’artsnb donne la parole aux artistes du Nouveau-Brunswick. Avez-vous reçu une subvention d’artsnb ? Avez-vous envie de partager votre expérience ? Alors contactez-nous sans plus attendre !