Skip to Content

Pictus – Jared Betts

 

le 5 septembre 2019

Pictus – Jared Betts

Une petite séance de questions-réponses avec Jared Betts, un récent récipiendaire de la subvention de Création d’artsnb

1. Veuillez fournir un résumé du projet pour lequel vous avez reçu un financement d’artsnb.

Le projet le plus récent pour lequel j’ai reçu une subvention de Création, niveau B, s’intitulait Pictus. Cet ensemble d’œuvres se compose de 8 peintures à grande échelle et est actuellement en tournée dans les grandes galeries publiques, les universités et les musées du Canada atlantique. La série explore de nouvelles formes expressives dans le domaine de la peinture contemporaine. Avec une profonde appréciation des formes gestuelles et expressionnistes ont donné le ton de ces œuvres très chargées. Repensant les paramètres mêmes de la peinture contemporaine, mon travail aborde des préoccupations pertinentes et pressantes autour de la pratique de la marque chromatique et comment cela se rapporte aux idéaux du 21ème siècle.

2. Faites-nous part de l’expérience du projet : qu’avez-vous exploré, comment ce projet/expérience a-t-il eu un impact sur votre pratique artistique/processus créatif ou comment vous vous voyez en tant qu’artiste?

Exposition « Pictus » de Jared Betts (Moncton, NB) à la Gelrie Colline du campus Edmundston de l’Université de Moncton. 8 tableaux de grand format (5′ x 7′). 7 mars au 19 mai 2019. Commissaire: Paul Edouard Bourque

L’expressionnisme abstrait était une réaction à la guerre dans les années 50 en Amérique, il a prospéré à New York City spécifiquement après la deuxième guerre mondiale, parfois appelé peinture de l’école de New York ou peinture d’action. L’œuvre variée produite par les expressionnistes abstraits résiste à la définition de style cohérent; au lieu de cela, ces artistes partageaient un intérêt à utiliser l’abstraction pour transmettre un contenu émotionnel ou expressif fort. Mon travail est inspiré par le mouvement expressionniste abstrait, mais il est aussi complètement retiré de cette période. Nous avons tellement de chance de vivre sans guerre au Canada, c’est une période tellement différente qu’à l’époque.

3. Comment votre pratique artistique a-t-elle changé au fil du temps ? Par où avez-vous commencé et où vous voyez-vous aller?

À l’origine, j’ai commencé à faire des portraits et à créer des créatures. Bébé orcs, gobelins, démons et monstres. En 2002, j’ai assisté à NBCC pour l’animation. J’ai fait 2 ans là-bas et j’ai réalisé que je ne voulais pas être un animateur. L’école était absolument phénoménale, mais j’avais 18 ans, je ne croyais pas encore entièrement en moi et je n’étais pas prête pour la quantité de travail qui devait être fait à ce moment-là. J’ai déménagé dans l’Ouest pour faire du snowboard en Alberta, j’étais très amateur de planche à neige et j’étais parrainé pour le skateboard à l’époque. J’ai décidé de retourner à l’école et j’ai fréquenté l’Alberta College of Art and Design. (ACAD) Avec les montagnes Rocheuses étant si proche, j’étais encore distrait par les jours de poudre de de neige fraîche snowboard. Ce n’est qu’en 2005 que j’ai décidé de rentrer chez moi et d’assister à la NSCAD et de consacrer ma vie à l’art. Depuis 2005, mon travail a changé et s’est développé. En 2007, j’ai eu un professeur qui m’a encouragé à perdre tous les aspects figuratifs et se concentrer sur l’abstrait et la superposition et la couleur. En apprenant sur Cy Twombly et Dekooning vraiment ouvert mon esprit et m’a changé d’esprit et j’ai commencé à chercher une racine expressionniste abstraite.

Dernièrement, j’ai commencé à incorporer des papillons sérigraphiés dans mon travail, mais surtout je reste fidèle au travail abstrait. Je sens que je vais continuer sur la voie abstraite ou néo abstraite.

Exposition « Pictus » de Jared Betts (Moncton, NB) à la Gelrie Colline du campus Edmundston de l’Université de Moncton. 8 tableaux de grand format (5′ x 7′). 7 mars au 19 mai 2019. Commissaire: Paul Edouard Bourque

4. S’il vous plaît décrire un projet actuel / pièce que vous travaillez sur – ce qui vous excite à ce sujet?

Je suis en train d’explorer deux projets, de grands travaux abstraits avec des néons et des pastels et un petit corpus de travail qui est avec des personnages d’anime et des mois avec des spirales abstraites au néon et pastel gestuelle, étoiles, motifs et gouttes. Je suis très inspiré par l’esthétique asiatique. J’ai exposé à Tokyo et ont été extrêmement inspirés par les néons et les couleurs depuis.

5. Quels thèmes/techniques explorez-vous dans votre travail? Qu’est-ce qu’ils signifient pour toi ?

Depuis les années 50, nous avons eu tant de changements dans l’industrie de la mode et aussi le plus grand changement serait la technologie, nous avons vu la technologie absolument exploser. Mon travail est très influencé par les mouvements de mode des années 80 avec des néons et des rêves de piste pastel motif léopard. C’est aussi une réaction à la technologie cyberpunk et habite l’espace où la conscience descend dans un rêve éthéré; où le motif et la couleur s’élargissent pour devenir une expérience sensorielle immersive. Dans cet espace cérébral, le synthétique fusionne avec l’organique, et les images se dissolvent en un arrangement amorphe de marques. Je cherche à examiner cette suppression onirique de l’imagerie reconnaissable et à capturer la sensation viscérale qui bouillonne par en dessous. En combinant le bord graphique de la marque avec la nature sublime du champ de couleurs, je vise à créer une surface à la fois doucement dissonante et hyperactive. De multiples couches de tension – entre conscient et subconscient, motif et couleur, surface plane et profondeur illusoire – propulsent mon désir d’utiliser des indices visuels comme un moyen de stimuler la sensation métaphysique.

6. Quel est l’aspect le plus gratifiant de votre pratique artistique ?

Pouvoir voyager et faire des résidences d’artistes a été très gratifiant. Montrer mon travail sur un international a été assez amusant aussi. J’ai la chance d’avoir le soutien d’artsnb pour aider à financer certains de mes projets et m’a vraiment fait m’efforcer de continuer à grandir à travers mon travail et de contester ma pratique.

7. S’il vous plaît décrire votre processus créatif – comment abordez-vous la création d’une pièce, la performance ou une série? Avez-vous des routines, des rituels, etc?

Eh bien d’abord je suis généralement anxieux regardant cette toile vierge jusqu’à ce que je me rends compte que j’ai juste besoin de sauter dedans. C’est une bataille constante, ce n’est pas toujours le soleil et les roses dans le studio. Littéralement créer quelque chose à partir de rien, c’est comme être Dieu dans un sens. Vous créez un monde à travers la couleur qui n’a pratiquement jamais été créé avant, la création de nouveaux sentiments pour le spectateur qu’ils ne peuvent parfois même pas comprendre. C’est un haha un peu intense. Les premières couches d’une peinture sont toujours les plus dures, c’est le squelette. Et puis comme plus de temps et de couleur va en elle, il commence à se sentir plus complet. La peinture abstraite est toujours plus difficile que de créer quelque chose de la vie parce que ce n’est rien et c’est tout. Son dessin automatique et il est également le dessin de l’expérience. C’est à la fois fantastique et mathématique, cherchant la structure et l’équilibre tout en embrassant le chaos et le changement à travers le mouvement et les éléments de composition à travers la couleur et les rêves

8. À votre avis, quel est le plus grand défi OU le plus grand avantage pour les artistes du Nouveau-Brunswick?

Je pense que parce que nous ne vivons pas dans les grandes villes, il y a très peu de collectionneurs d’art, donc c’est un énorme défi. Un avantage est que le loyer est très abordable au Nouveau-Brunswick, mais la réalité est qu’au Nouveau-Brunswick, la majorité des artistes sont en dessous du seuil de pauvreté. L’art comme une carrière à temps plein est à la fois incroyable et terrifiant, il n’y a aucun moyen de savoir ce que chaque mois apportera. J’aime vraiment le fait que je peux conduire 15 minutes dans n’importe quelle direction et se retrouver dans la forêt si. Une grande partie de ma création est d’être inspiré par soit des promenades en forêt aux chutes d’eau ou assis au bord de l’océan. Le Nouveau-Brunswick est une très belle province, mais il est très difficile d’avoir un revenu stable provenant de l’art. C’est pourquoi artsnb a été si incroyable en aidant ma carrière. J’ai reçu 9 subventions et j’ai pu voyager, alors j’ai l’impression d’avoir beaucoup de chance.

9. Quel rôle la collaboration joue-t-elle dans votre travail? Quelles sont les possibilités de collaboration interdisciplinaire?

J’ai récemment fait une collaboration avec un Moncton Skateboard Shop appelé Working Class où j’ai utilisé les détails de mes peintures récentes pour les graphiques de planche à roulettes. Cela peut être vu sur mon Instagram à @jaredbetts

10. Pourquoi l’art est-il important pour vous et/ou pour le Nouveau-Brunswick?

L’art est tout pour moi, sans art il n’y aurait pas de culture. Pensez-y, de la conception de la boîte de céréales à des panneaux de signalisation sur votre chemin pour travailler aux peintures dans votre maison. Même les maisons sont l’art et le design. Les couvertures musicales, ça continue encore et encore, à peu près tout vient de l’art. Sans l’art, ce serait juste ce vide fou. Avant même d’apprendre à parler, nous créons de l’art avec des crayons, nous faisons des marques, nous explorons l’expression de soi et la création. Les couleurs et les compositions du monde sont ce qui insuffle la vie dans la société qui nous fait apprendre et grandir. L’art est tout.

Exposition « Pictus » de Jared Betts (Moncton, NB) à la Gelrie Colline du campus Edmundston de l’Université de Moncton. 8 tableaux de grand format (5′ x 7′). 7 mars au 19 mai 2019. Commissaire: Paul Edouard Bourque

 

Jared Betts a obtenu un BFA de l’Université NSCAD en 2010. Il a exposé dans plus de 100 expositions collectives et individuelles au Canada, à Paris, à Tokyo, à Londres, à New York, en Allemagne, au Costa Rica et en Islande. Jared Betts a reçu une subvention du ministère du Tourisme, de la Culture et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse, une subvention pour le tourisme, la culture et le patrimoine du Nouveau-Brunswick et neuf subventions artsnb. Jared travaille actuellement dans un studio à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Son travail fait partie de nombreuses collections privées et corporatives au Canada, à Paris, en Californie, en Chine, en Australie et en Islande.

Le blogue d’artsnb donne la parole aux artistes du Nouveau-Brunswick. Avez-vous reçu une subvention d’artsnb ? Avez-vous envie de partager votre expérience ? Alors contactez-nous sans plus attendre !