Artiste en vedette – Dawn Steeves

Une conversation avec Dawn

Dawn Steeves est une artiste visuelle basée à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, avec une formation en arts du textile, en design graphique, en art numérique et en gravure. Dawn travaille actuellement à l’encre et à la peinture à l’huile, en se concentrant sur le portrait et la figure humaine tout en explorant les tensions physiques et idéologiques sur le monde naturel et la structure isolée que l’humanité lui impose.

Nous sommes ravis d’avoir une conversation avec l’artiste émergente Dawn Steeves dans le cadre de la série de blog « artiste en vedette » d’artsnb. Allez vous chercher une boisson chaude et installez-vous confortablement, alors que nous discutons de sa pratique et de son développement, et de la façon dont la communauté artistique du Nouveau-Brunswick la nourrit.

Paper Dolls, 2020 – Encre et peinture à l’huile sur papier, 65 X 100″

Dawn, peux-tu nous parler de l’expérience de ton projet « Paper Dolls » pour lequel tu as reçu une bourse de création de catégorie C – qu’as-tu exploré, comment ce projet/cette expérience a-t-il influencé ta pratique artistique/ton processus créatif ou comment tu te perçois en tant qu’artiste ?

L’idée de ce projet, Paper Dolls, est né lorsque je regardais de vieux albums de photos de famille. Il n’y avait pas d’albums de photos dans ma famille avant 1970, donc c’était comme si ma famille avait commencé à ma naissance et j’avais peu de liens visuels avec quoi que ce soit de familial avant cette date. Il y a au moins cinq albums complets de « Dawn, petite », et grâce à ces rappels visuels, j’ai un lien durable avec ma petite enfance.

En tant que peintre dans le présent, j’ai décidé de revisiter ces images et de les utiliser pour faire de précieuses petites peintures. Les pages en cellophane des albums étaient fragiles et les photos étaient collées à l’intérieur, ce qui empêchait de les retirer; alors j’ai commencé à prendre des photos avec mon téléphone portable. Pour la première fois, j’ai pu agrandir facilement les images et voir les détails de ces petites photos, dont certaines ne dépassaient pas deux pouces carrés. En les observant de plus près, des souvenirs ont rempli ma conscience, et j’ai commencé à noter les choses qui me venaient. J’ai décidé de capturer ces images mentales. Avec de l’encre de Chine noire sur du papier aquarelle, j’ai peint ces « flashs » de souvenirs.

Certains ne comportaient qu’une ombre ou une combinaison de lignes. D’autres étaient les formes contrastées de structures familières. La plupart étaient de petits objets, des animaux, des bonbons, des plantes et des insectes. J’ai passé beaucoup de temps à me souvenir alors que je peignais l’enfant dans les espaces qu’elle habitait. La palette est chaude et froide, noire et blanche.

Au début, j’avais l’impression que peindre ces images privées et personnelles était un peu un exercice d’autosatisfaction, comme par exemple faire une centaine d’autoportraits. Mais au fur et à mesure que je travaillais sur le projet, mon attitude a changé. Lorsque j’ai révélé ce travail à d’autres personnes et que j’ai vu comment elles étaient émues de montrer des choses qu’elles reconnaissaient et de parler des sentiments que mon travail suscitait chez elles, il est devenu évident que ce projet parlait aussi à d’autres personnes qui ont vécu au Nouveau-Brunswick pendant cette période, qu’elles aient vécu exactement comme comme moi ou non. Je suis toujours emballée par les conversations que ce travail suscite.

Comment ta pratique artistique a-t-elle évolué au fil du temps ? Où as-tu commencé et dans quelle direction te vois-tu aller ?

J’ai commencé à peindre en 1995, puis à nouveau en 2002. J’ai commencé par la peinture acrylique, en réalisant des portraits et des images non figuratives aux couleurs vives. En 2015, je suis passé à la peinture à l’huile et j’ai étudié les techniques de peinture à l’huile avec des artistes experts dans ce domaine. Je travaille à la création d’une œuvre complète.

Peux-tu nous décrire un projet/une pièce en cours sur lequel/laquelle tu travailles – qu’est-ce qui te passionne ?

Actuellement, j’expérimente avec la couleur et je mets à l’épreuve mes connaissances de la théorie des couleurs. Je m’efforce également de me détendre la main et de m’amuser davantage dans mon travail. Quand j’apprenais, tout semblait si technique, mais à mesure que je deviens une peintre plus expérimentée, c’est comme si j’apprenais une langue. Je suis devenu plus à l’aise avec cela, ce qui me permet d’élargir mes horizons et d’être plus créative. C’est passionnant.

Quels sont les thèmes/techniques que tu explores dans ton travail ? Que signifient-ils pour toi ?

J’explore la mémoire en relation avec la structure, à la fois physique et idéologique. J’utilise des images de clôtures et d’autres types de barrières comme métaphores de ce qui pourrait se passer dans l’esprit.

Quel est, selon toi, l’aspect le plus gratifiant de ta pratique artistique ?

J’aime mon travail. J’aime travailler seule. Mais ce que j’aime le plus dans la peinture, c’est l’effet qu’elle a sur les gens. J’aime entendre les réactions des autres. J’aime les conversations que j’ai à ce sujet.

Pourquoi l’art est-il important pour toi et/ou pour le Nouveau-Brunswick ?

L’art est important pour moi parce que l’art, c’est la vie. L’art est un lien entre le passé, le présent et l’avenir. Il existe au Nouveau-Brunswick une longue tradition d’artistes importants qui ont ouvert la voie à des gens comme moi. Je suis reconnaissante que beaucoup de ces artistes soient des femmes et que nous ayons ce lien culturel. Le Nouveau-Brunswick a une histoire riche en art et en artistes, et je suis ravie d’en faire partie.

Peux-tu décrire ton processus de création ? Comment abordes-tu la création d’une pièce ou d’une série ? As-tu des routines, des rituels, etc.

Mon processus créatif n’est généralement pas un effort conscient. Mon travail est une combinaison d’écriture et de dessins libres jusqu’à ce qu’une idée commence à faire boule de neige. Je vais peindre quelques études pour voir si je peux pousser l’idée dans un projet plus vaste.

Ma routine quotidienne commence par un simple nettoyage de l’atelier, puis par le transfert de ma peinture de la veille sur une nouvelle palette et le rafraîchissement des couleurs usées. Une fois le mélange effectué, je commence à peindre. Habituellement, j’écoute de la musique douce.

Selon toi, quel est le plus grand défi ou le plus grand avantage pour les artistes du Nouveau-Brunswick ?

Je pense que le plus grand avantage pour moi en tant qu’artiste du Nouveau-Brunswick est le sentiment de communauté dont nous jouissons ici. Je vis dans le centre-ville de Fredericton, à quelques pas de tout ce dont j’ai besoin, y compris la galerie qui me représente, le magasin local de fournitures artistiques et la galerie d’art publique provinciale. Il y a de belles galeries et des ateliers d’artistes au Nouveau-Brunswick, et il n’est pas nécessaire d’aller loin pour les trouver. La communauté artistique est engagée. Même si la province est assez petite, nous apportons une énorme contribution au monde de l’art dans son ensemble. Nous avons le privilège d’avoir accès à des centres artistiques communautaires et à des ateliers d’instructeurs de renommée mondiale.

La collaboration joue-t-elle un rôle dans ton travail ?

J’ai collaboré à des expositions de groupe et j’ai fait partie de collectifs d’artistes. J’aime travailler avec les autres et partager les idées et les commentaires des autres artistes. Les artistes qui passent du temps avec d’autres artistes font partie du carburant qui fait tourner ce moteur créatif.

Vous pouvez trouver le travail de Dawn à Gallery on Queen et sur son site web : www.dawnsteeves.com

Elle est également sur Instagram, suivez la : @dawno.1.0 .